Le Dictionnaire encyclopédique d'éthique chrétienne

Sortie d’un ouvrage de référence, qui brasse 2000 ans de réflexion chrétienne pour définir les notions fondamentales du christianisme et les grandes problématiques éthiques contemporaines.

12 Avril 2014

"230 articles et 140 auteurs de tous horizons pour cet ouvrage de référence, qui brasse 2000 ans de réflexion chrétienne pour définir les notions fondamentales du christianisme (grâce, Trinité, vertu, etc.) et les grandes problématiques éthiques contemporaines (famille, mariage, euthanasie, etc.).
 
Une publication inédite en Europe qui constitue un événement culturel et oecuménique".
 
C'est ainsi que l'éditeur, le CERF, présente le Dictionnaire encyclopédique d'éthique chrétienne, tout juste sorti des presses (dir. Laurent Lemoine), auquel a participé votre serviteur. [...]
 
 
Lire l'article : http://blogdesebastienfath.hautetfort.com/archive/2013/04/12/dictionnaire-encyclopedique-d-ethique-chretienne-evenement-e.html

Agrégé d'histoire, ancien élève de l'Ecole Normale Lettres Sciences Humaines (LSE), docteur de l'EPHE, Sébastien Fath est chercheur au CNRS, membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités.
 


blogdesebastienfath.hautetfort.com
 
ombre57
ombre57
Il y a : 8 mois 5 jours
Je soutiens le Pasteur Luc Serrano dans ses paroles car il a raison quand il affirme que cette bénédiction va gravement diviser les Protestants. Je fais parti de l'Eglise Luthérienne d'Alsace et de Moselle et la question a été tranchée en faveur du non pour trois ans et nous y reviendrons donc en 2017, ce qui pour moi est un mauvais choix car je ne pense pas que les textes bibliques vont changer d'ici là. Même si de nombreuses personnes qui sont contre cette bénédiction n'osent s'exprimer par manque de pratique, de courage et surtout que je sais aussi de source sûre que des pressions ont été exercées en faveur de la bénédiction, on se dirait revenu au "bon temps de la Papauté" du 16 iem siècle et avant où la liberté de conscience était bannie de notre société, on risquait alors le bûcher. Maintenant je demande aussi à tous nos dirigeants Protestants de se dire que se passera t'il si demain un nouveau gouvernement ferait évoluer la loi ou la modifie que ferons nous.On sera ridicule.
Citoyenne
DuCiel
Il y a : 8 mois 3 semaines
Il faut être généreux et donner le maximum, pour la gloire de Dieu. Mais c'est une question difficile. Ca demande réflexion quand même, de faire preuve de sagesse et de se laisser guider par Dieu. Rester prudent et ne pas se laisser dépasser par les événements.
Luc
Serrano
Il y a : 8 mois 4 semaines
Immoral et inhumain : les églises ne peuvent que condamner la GPA, ainsi que le détournement de la PMA, acte médical pour aider les couples touchés par la stérilité, en direction des homosexuelles !
Luc
Serrano
Il y a : 9 mois 2 jours
L'Eglise de Finlande vient de perdre 12.000 fidèles du fait de la Loi permettant le mariage des homosexuels... Si nous ne voulons pas que cela nous arrive à nous aussi, comme ces évêques luthériens finlandais, nos directions d'Eglise doivent dire... " (...) Pour enrayer la fuite des fidèles, l'évêque de Porvoo et l'évêque de Mikkeli, Seppo Häkkinen, ont publié un communiqué indiquant que l'Église luthérienne n'acceptait pas le mariage gay et que la nouvelle loi ne s'appliquerait pas dans les églises. ..."
Luc
Serrano
Il y a : 9 mois 5 jours
Comme je le dis depuis des années à certains de mes collègues et à mes conseillers et paroissiens... le fait que dans la Siscipline de l'EPUdF (Article 34) il ne soit pas précisé qu'un couple marié (d'abord à la mairie) doit uniquement être composé d'un homme et d'une femme pour recevoir de nous une bénédiction, laisse selon moi depuis longtemps la possibilité à des collègues "pour" la Bénédiction des couples de même sexe, dans des paroisses "pour"... la possibilité de bénir ces couples sans tambour ni trompette ! Je suis moi contre, et ne bénirai JAMAIS ce type d'Union dont je ne reconnais pas la finalité... mais je dis surtout depuis le début qu'en débattre ainsi ouvertement en Eglise est une erreur, voire une faute ! Que mes collègues fassent donc ces bénédictions, mais qu'on ne change rien officiellement à notre Discipline, qu'elle reste dans ce flou qui ouvre à toutes les interprétations ! Laissons donc la liberté aux pasteur et CP de le faire ou de ne pas le faire, en conscience
francinedrieu
francinedrieu
Il y a : 9 mois 1 semaine
Ou peut-on acheter le livre Huguenots et protestants francophones au Quebec: fragments d'histoire ??? Merci pour votre reponse Bien a vous Francine Drieu ------------------ Bonjour Francine, Merci pour votre commentaire. Nous vous conseillons de le commander sur Amazon ou chez Gibert ou de demander à votre libraire s'il lui est possible de vous le commander.
ombre57
ombre57
Il y a : 10 mois 4 jours
Je suis contre cette pratique car je considère que le corps de la femme et un enfant ne sont pas des marchandises. Je crains aussi que cela n'ouvre la porte à des conflits éventuels entre la mère naturelle et les futurs parents car cela reste un contrat mais les contrats ne sont pas toujours respectés et que se passera t'il si les deux ne sont pas soumis aux mêmes lois. Non vraiment cette idée ne me semble pas aller dans le sens de ce en quoi nous croyons en terme familial. Mais surtout on se croirait revenir aux marchés des esclaves d'antan où on achetait des Êtres Humains et pas toujours des adultes. Maintenant j'ai néanmoins une pensée pour les couples dont la femme est stérile et qui ont un fort désir d'enfant, je crois que l'adoption est une meilleure solution.
Christian
Baert
Il y a : 10 mois 2 semaines
Doit-on croire à la Trinité ? Plus de deux milliards de personnes se disent chrétiennes. La plupart appartiennent à des Églises qui enseignent la Trinité, dogme selon lequel le Père, le Fils et l’esprit saint forment un seul Dieu. Comment la Trinité est-elle devenue un dogme officiel de la chrétienté ? Plus important encore, est-elle en accord avec la Bible ? LA Bible a été achevée au 1er siècle de notre ère. Les enseignements qui ont donné naissance à la Trinité ont commencé à être officiellement énoncés en 325, soit deux bons siècles plus tard, lors d’un concile tenu à Nicée en Asie Mineure (aujourd’hui Iznik, en Turquie). Selon la Nouvelle encyclopédie catholique, le credo généralement associé au concile de Nicée a établi la première définition officielle de l’« orthodoxie chrétienne », notamment la définition de Dieu et de Christ. Mais pourquoi avoir jugé nécessaire de définir Dieu et Christ des siècles après la rédaction de la Bible ? Manquait-elle de clarté sur ces sujets importants ? « Pour la formulation du dogme de la Trinité, l’Église a dû développer une terminologie propre à l’aide de notions d’origine philosophique » (Catéchisme de l’Église catholique). JÉSUS EST-IL DIEU ? Quand Constantin est devenu l’unique dirigeant de l’Empire romain, les membres de la chrétienté avaient des opinions divergentes sur la relation existant entre Dieu et Christ. Jésus était-il DIEU ? Ou avait-il été créé par Dieu ? Pour régler la question, Constantin a convoqué à Nicée les responsables de l’Église, non parce qu’il recherchait la vérité religieuse, mais parce qu’il ne voulait pas que la religion divise son empire. Il a alors demandé aux évêques présents de se mettre d’accord, mais ils n’y sont pas parvenus. Constantin a donc proposé au concile d’adopter une théorie, pour le moins obscure, selon laquelle Jésus était « de même nature » (homoousios) que le Père. Cette expression non biblique, empruntée à la philosophie grecque, a jeté les bases du dogme de la Trinité tel qu’il serait plus tard formulé dans les credos de l’Église. D’ailleurs, à la fin du IVe siècle, ce dogme avait quasiment pris la forme qu’il a aujourd’hui, avec l’esprit saint pour « troisième partie » de la divinité. POURQUOI S’INTÉRESSER À LA QUESTION ? Jésus a dit : « Les vrais adorateurs adoreront le Père avec [...] la vérité » (Jean 4:23). Cette vérité se trouve dans la Bible (Jean 17:17). La Bible enseigne-t-elle que le Père, le Fils et l’esprit saint sont trois personnes formant un seul Dieu ? Premièrement, le mot « Trinité » ne figure nulle part dans la Bible. Deuxièmement, Jésus n’a jamais prétendu être égal à Dieu. Au contraire, c’était un adorateur de Dieu (Luc 22:41-44). Et troisièmement, même après sa résurrection pour la vie au ciel, il a appelé ses disciples « mes frères » (Matthieu 28:10). Les disciples pouvaient-ils être les frères du Dieu Tout-Puissant ? Bien sûr que non ! Par contre, grâce à leur foi en Christ, le premier fils de Dieu, ils sont eux aussi devenus fils du Père (Galates 3:26). Comparez cet extrait du Credo de Nicée à ce que la Bible dit. « Ce dogme [de la Trinité], qui exprime sans aucun doute la foi de la Grande Église au IVe siècle, est très éloigné des croyances de la période apostolique du Ier siècle » (L’Invention du christianisme : Et Jésus devint Dieu). D. Long, Paris, Presses de la Renaissance, 2012, p. 364. Ce que le Credo de Nicée dit : « Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ [...] : Il est Dieu, né de Dieu, lumière, né de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu, [...] de même nature que le Père. » (Le nouveau Théo : l’encyclopédie catholique pour tous, sous la direction de M. Dubost et S. Lalanne, Paris, Mame, 2009, p. 320). « La Bible chrétienne, y compris le Nouveau Testament, ne contient ni déclaration trinitaire ni spéculation relative à une divinité trine » (Encyclopédie britannique [angl.]). Ce que la Bible dit : ▪ « Le Père est plus grand que moi [Jésus] » (Jean 14:28). Traduction de Jérusalem éd.1988 ▪ « Je [Jésus] monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu » (Jean 20:17). ▪ « Pour nous en tout cas, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père » (1 Corinthiens 8:6). Traduction de Jérusalem éd.1988. ▪ « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ » (1 Pierre 1:3). ▪ « Ainsi parle l’Amen [Jésus], [...] le Principe de la création de Dieu » (Apocalypse 3:14).